Le cerveau multidimensionnel

Accueil du site Neuro-PSI > Departments > Cognition & Behavior > Valérie Doyère, Nicole El Massioui Team

Research themes

Traitement temporel et/ou séquentiel des informations

L’extraction de l’architecture temporelle des événements permet de construire une représentation de la situation et est la base de l’apprentissage associatif. L’apprentissage de la durée permet la mise en place de comportements d’anticipation. Pour rendre compte des caractéristiques comportementales du processus de perception temporelle, certains modèles théoriques font appel à une horloge, une mémoire de travail, une mémoire de référence et un comparateur (processus de décision). Très peu d’études se sont intéressées à la composante mnésique. L’analyse des bases neuropsychologiques et neurobiologiques de la mémoire temporelle peut permettre d’évaluer les bénéfices potentiels d’un entraînement temporel dans certaines pathologies et/ou d’utiliser le dysfonctionnement du comportement temporel comme marqueur précoce de pathologies et sa normalisation en cas de traitements efficaces.

La mémoire temporelle fonctionne-t-elle comme toute autre type de mémoire ou bien est-elle particulière tant au niveau psychologique que neurobiologique ? Par exemple, met-elle en jeu des phénomènes de plasticité, des processus de consolidation ou de reconsolidation ? Nous abordons ces questions grâce à des outils comportementaux variés, couplés à des techniques immunohistochimiques, pharmacologiques et électrophysiologiques.

La modulation émotionnelle des fonctions exécutives

La compréhension des interactions entre motivation, émotion et fonctions exécutives (perception temporelle et optimisation cognitive) est cruciale pour la compréhension de la régulation et de la modulation de ces fonctions.

Nous abordons ce thème selon 2 axes :

- 1) Bien qu’il soit clair que l’émotion interagit avec la perception temporelle, l’effet précis reste débattu. Nos propres données suggèrent un ralentissement de l’horloge, mais une perturbation des processus attentionnels est également possible. La lésion sélective du noyau central de l’amygdale, combinée ou non avec des lésions du circuit nigrostrié, permet de mieux caractériser l’interaction de ces circuits au niveau comportemental et neurophysiologique, et leur rôle dans les effets d’un stimulus émotionnellement signifiant (par association préalable avec un choc électrique) sur la perception temporelle et sur ses corrélats neuronaux.

- 2) Les dysfonctionnements émotionnels/cognitifs apparaissent dans de nombreuses maladies neurodégénératives (comme dans la maladie de Huntington) et pourraient être sous-tendus par des interactions entre amygdale et cortex préfrontal. Une meilleure connaissance de l’évolution neurodéveloppementale de ces interactions pourrait permettre des traitements thérapeutiques spécifiques.


  Webmaster Plan du site Planning Crédits
Syndication RSS  
  Format Mobiles
  Dev-Evo Cog-Comp Mol-Circ