Le cerveau multidimensionnel

Accueil du site Neuro-PSI > Faits marquants

Une analyse des souris déficientes en enzyme CD38 révèle des dysfonctionnements majeurs du cortex préfrontal et de nouvelles pistes pour étudier les troubles du spectre de l’autisme

Figure B, ultrasonic vocalizations (USV).

Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) se caractérisent par l’apparition précoce d’altérations sociales et cognitives. De faibles concentrations plasmatiques d’ocytocine ont également été observées chez les patients atteints de TSA. L’enzyme CD38 est importante dans la régulation de la sécrétion d’ocytocine et une mutation commune a été associée à une forme familiale d’autisme. Cependant, on ne savait pas si un déficit d’expression de CD38 pouvait entraîner des modifications fonctionnelles du cortex préfrontal (CPF), une structure fortement impliquée dans le comportement social et les TSA.

Une collaboration entre plusieurs équipes de Neuro-PSI rapporte dans une étude publiée dans le FASEB Journal que le gène CD38 joue un rôle majeur dans le développement et la plasticité et du cortex préfrontal.

L’équipe a utilisé des souris ayant un gène CD38 dysfonctionnel. La suppression du gène a induit une croissance cérébrale excessive (Figure panel A) et des altérations du fonctionnent neuronal, telles que révélées par des expériences d’IRM, d’électrophysiologie et de biochimie. Des tests comportementaux ont révélé chez ces souris adultes mâles une forte agressivité, une altération des compétences sociales et de communication (Figure panel B*). L’absence de CD38 compromet également dans le CPF le niveau des neurotransmetteurs (monoamines, Figure panel C) impliqués dans le comportement social, l’empathie et le bien-être. Les résultats de cette étude suggèrent que des gènes spécifiques, des hormones et des neurotransmetteurs impliqués dans des maladies du développement cérébral pourraient être affectés de manière différente chez les hommes et chez les femmes, puisque cette étude montre que les souris femelles dépourvues du gène CD38 ont, contrairement aux mâles, un développement cérébral normal avec des altérations limitées des neurotransmetteurs.

L’étude dévoile des changements majeurs dans les mécanismes physiologiques du cortex préfrontal mettant en jeu le gène CD38 et montre que la souris CD38-/- est un modèle pertinent pour étudier les mécanismes physiopathologiques des troubles mentaux tels que les TSA.

- Article paru dans la revue FASEB J. 2019 Mar 7 : A multiscale analysis in CD38-/- mice unveils major prefrontal cortex dysfunctions. Martucci LL, Amar M, Chaussenot R, Benet G, Bauer O, de Zélicourt A, Nosjean A, Launay JM, Callebert J, Sebrié C, Galione A, Edeline JM, de la Porte S, Fossier P, Granon S, Vaillend C, Cancela JM.

 

See more